Importance d'une bonne expressivité des chaleurs

Des symptômes de chaleurs clairs et sans ambiguïté sont importants pour la gestion des inséminations et la fertilité du troupeau. Les éleveurs se plaignent souvent que leurs vaches ne manifestent pas clairement les chaleurs. Ceci est un signal que quelque chose «ne tourne pas rond» dans l’exploitation. Car de nombreux facteurs, liés à l’animal ou à l’environnement, ont une influence directe ou indirecte sur le cycle œstral de la vache. L’expressivité des chaleurs est proportionnelle au degré de bien-être d’une vache. Des chaleurs silencieuses ou faiblement exprimées indiquent un déficit dans le domaine des conditions de garde et/ou de l’alimentation. 

Notre check-list Intensité des chaleurs donne un aperçu de tous ces facteurs (liés à la vache et à l’environnement direct) qui entrent en ligne de compte. La check-list peut être téléchargée en format PDF.

Instructions pour l’observation correcte des chaleurs

Observation des chaleurs

De nombreux éleveurs connaissent le problème: la détection des chaleurs est un processus de longue haleine. Et quand on a énormément de travail, on ne prend pas le temps nécessaire pour observer le comportement de ses bêtes. Résultat: des vaches dont vous ne voyez pas les chaleurs, des génisses que vous faites inséminer au mauvais moment et qui ne portent pas. Le premier principe est donc: «Prendre du temps – observer tranquillement.» 

Observer les animaux trois fois par jour ou encore mieux quatre fois, c’est ce que recommandent les experts. Mais pas pendant les traites ou pendant l’affouragement, car les vaches sont alors trop occupées avec d’autres choses pour montrer des signes de chaleurs. Les chaleurs se détectent donc le mieux si on prend chaque jour le temps d’observer les animaux au pâturage, dans l’aire de sortie ou pendant les périodes de repos à l’étable.

Trois fois 15 minutes

L’observation des chaleurs est un élément central pour la fertilité de ton troupeau. En matière de détection des chaleurs, les spécialistes recommandent depuis des années déjà d’observer les vaches 3 x 15 minutes par jour. Mais, à l’ère des stabulations XXL et des tâches spécialisées, rares sont les éleveurs qui peuvent se permettre cela de nos jours. Le troupeau présente alors un taux de fertilité plutôt moyen. Le vôtre aussi?

Pas pendant la traite

Les choses se compliquent quand on sait que beaucoup de vaches ne manifestent des signes de chaleurs que très brièvement et se préférence la nuit. De plus, la traite du matin et du soir ne sont pas des périodes propices à l’observation des chaleurs. 

Distraites pendant la traite

Les vaches étant très occupées pendant la traite, au moment de l’affouragement et au pâturage, elles manifestent moins de signes de chaleurs. Il est donc recommandé de procéder à l’observation des vaches trois fois par jour en-dehors des travaux d‘étable (et si possible une fois durant la nuit ou à l’aube).

Chaleurs silencieuses (anoestrie)

Les vaches ne montrent pas de signes de chaleurs?

Chez les vaches qui ont des chaleurs silencieuses, les signes externes de chaleurs ne sont que faiblement (voire pas du tout) visibles, bien qu’un cycle se déroule au niveau des ovaires et de l’utérus. Un follicule mûrit, à partir duquel se forme un corps jaune. Vous constatez parfois des saignements sur une vache qui n’a pas montré de signes de chaleurs auparavant.

Les textes et images proviennent tous de notre site partenaire www.la-vache-fertile.ch- vous y trouverez de plus amples conseils sur la fertilité.